Alternatives / Informations / Sujets / Discussions autour des Pectus
> CONSEILS POUR LES FUTURS OPERES <

> CONSEILS POUR LES FUTURS OPERES <

Message par Julien le Dimanche 31/07/2005 19:43:09

Bon ba je vois que beaucoup de gens se lancent dans l'aventure :roll:
Ce post servira a accumuler au fur et a mesure tous les conseils de ceux qui sont déjà passé par la, je compte sur les autres pour y participer.


Conseils Médicaux :

Prise de sang/bilan sanguin
Bud : En pré-opératoire il vous sera prescrit un bilan sanguin (lors de votre admission, la veille de l’opération ou quelques jours avant) :
- NFS-plaquettes
- VS, CRP
- ASAT, ALAT
- Créatinémie
- Iono (Na, K, Cl)
- TP, TCA, fibrinogène
- Si vous n’avez pas déjà de carte de groupe sanguin: Groupage ABO, Rhésus, Kell
- Si vous avez déjà eu des transfusions : RAI

Anesthésie :
Julien : Lorsqu’on vous fait une anesthésie locale (pose d'un drain ou son retrait si vous en avez demandé une), de la musique (Mp3 ipod ce que vous voulez...) peut aider. Ça peut marcher aussi pour le retrait des drains.

Migraines :
Yoann : Pour ceux qui ont un terrain favorable aux migraines, il faut savoir qu'assez fréquemment une crise migraineuse intervient après l'opération, ceci étant du à l'anesthésie. Si vous faîtes partie de cette catégorie, il peut être pas mal d'apporter son traitement avec soi comme ça ça évite au service de commander ledit traitement à la pharmacie de l'hôpital et ça fait gagner pas mal de temps, ce qui est pas négligeable quand on a déjà de fortes douleurs consécutives à l'opération et qu'à cela s'ajoutent celles de la migraine.

Muscles :
Orlando : Sujet très important : Il faut éviter de faire travailler les muscles du thorax après l'opération et ce pendant un mois. En effet, les muscles sont désinsérés puis réinsérés. Utilisez le système électrique du lit autant pour vous lever que pour vous coucher. Si les muscles très fragilisés lâchent, c'est le retour sur la table d'opération (dixit le chirurgien).
Attention aux efforts trop intenses ou aux chocs, même plusieurs mois après, les muscles sont innervés et ça pourrait faire très très mal !

Douleurs :
Bud : durant les quelques jours post-op (4 jours max), nous avons une péridurale basée sur un mélange fentanyl+marcaïne (ie : antalgique opiacé+anesthésique local) qui soulage bien la douleur mais qui peut engendrer des effets indésirables assez gênants, tel que des nausées par exemple lors d’augmentations de la posologie, mais aussi notamment des sueurs et une agitation (syndrome de sevrage des morphiniques) lors de réductions de la posologie.


Interdiction : Ne pas prendre d’aspirine (acide acétylsalicylique) pendant au moins 1 semaine pré-op car cela a un effet anti-agrégant plaquettaire non réversible (c’est uniquement le renouvellement des plaquettes en ~1 semaine qui rend cette état réversible) dès les très faibles doses (dès ~1mg/Kg/j). Vous pouvez prendre par contre du paracétamol si vous avez besoin d'effets antalgique-antipyrétique ou un autre AINS tel que l’ibuprofène ou le kétoprofène si vous avec besoin d’un effet anti-inflammatoire en plus des effets antalgique/antipyrétique.

Prophylaxie de la maladie thrombo-embolique (phlébite / embolie pulmonaire) :
Lors d’alitement prolongé, il est systématiquement administré un anti-coagulant à dose préventive durant toute la période d’immobilisation ou de quasi-immobilisation. Cela se traduit généralement par une injection journalière d’HBPM (ex : Lovenox[Enoxaparine]) en voie sous-cutané (dans « le gras de la peau », généralement sur le ventre ou la cuisse) durant votre semaine d’hospitalisation.

Conseil Allergie :

rose : Avant l'opération précisez bien si vous êtes allergiques au nickel, faites vous prescrire un bilan allergique, car l'atèle agrafe de Borely, en contiendrait en faible quantité.

La constipation :

gazelle : :drame: Et oui, après (et même pendant)l'hospitalisation, ça coince ! La prise de certains médicaments aussi peut être un effet indésirable donc pensez à regarder la notice ou simplement demander la prescription d'un laxatif DOUX, c'est suffisant un sachet par jour voire deux jusqu'à ce que ça sorte et la machine reprends son rôle ! :D

nico79 : Essayez d'aller à la selle régulièrement une fois qu'on vous a retiré la sonde urinaire. Avec tous les fils qui pendent c'est un peu le parcours du combattant mais faut bien se bouger un peu :wink: . Demandez un régime alimentaire spécial si vous avez des problèmes de constipation. J'y ai eu droit moi aussi :) . Au début ça m'inquiétait pas mais au bout de 4 jours, avec les médecins qui mettaient un peu la pression, c'est devenu un vrai challenge quotidien :lol2: La diététicienne avait agrémenté mes repas de compotes de pruneaux et autres laxatifs naturels, en plus de 2 sachets par jour d'un laxatif "doux".
Personnellement ça ne me gênait pas trop que ça reste coincé, mais apparemment les médecins tenaient beaucoup à ce que ça sorte avant que je sorte.
Si ça vous arrive faut pas vous inquiéter, ils ont tous les médicaments qu'il faut pour vous faire évacuer :lol: . Tout s'est finalement débloqué avant ma sortie de l'hôpital et au prix de nombreuses heures passées aux toilettes. :wink:

Julien : C'est surtout vrai après un alitement prolongé + les morphiniques, et bizarrement ça persiste encore un peu même une fois les opiacés arrêtés. Y a les poudres (duffalac importal...) mais aussi des petites gelées si je me souviens bien.

orlando : Au sujet des complications liées à l'anesthésie, je dois dire que j'ai souffert de constipation et qu'un médecin n'a rien trouvé de mieux que de me faire un toucher rectal ! J'ai quitté l'Hôpital avec des hémorroïdes qui ont résisté aux traitements pendant... un mois.

Précisions de Julien : Chez un patient souffrant de constipation et ayant passé un certain age si on ne le fait pas, c'est parfois passer à coté de choses graves (cancers et je vous épargne les détails). C'est vrai que ça peut paraître barbare, mais ce n'est pas inutile. Chez un patient constipé jeune sans antécédents faire un TR là oui ça se discute mais dans d'autres cas vaut mieux le faire.

JP : Oui faut faire super gaffe à ça, moi j'avais aussi un problème de constipation après l'opération après les neuf jours passé à l'hôpital j'étais toujours pas allé au WC même avec les laxatif qu'ils m'avaient filés à l’hosto, je trouvais ça quand même bizarre. Le lendemain je suis allé chez le médecin et elle m'a filé des laxatifs en me disant que si dans trois jours j'y étais toujours pas allé elle me prescrirait un médoc efficace pour déboucher la tuyauterie. Après une sacrée consommation de laxatifs et 4 jours plus tard toujours pas envie d'aller au chiotte pourtant je sens que mon intestin gonfle de plus en plus et que c'est assez dur, je décide donc de retourner chez le médecin pour qu'elle me prescrive un autre médicament en espérant que celui ci marchera. Le lendemain en début d'après midi j'ai commencé à ressentir des douleurs au niveau de l'intestin et celle ci se faisait de plus en plus forte. Au bout d'un moment la douleur était si intense que j'étais plié en quatre par terre et j'arrêtais pas de transpirer et de trembler, le pire c'est que j'étais seul chez moi j'arrivais même pas à me lever pour prendre le téléphone et demander de l’aide, comme si ça suffisait pas d'avoir en plus mal au thorax. Après deux heures de douleur intense je sentais que ça commençait tout doucement à se débloquer. C'est donc au bout du quinzième jour que je réussis à aller au WC puis pendant deux semaine j'ai continué a prendre des laxatifs histoire de plus rester bloquer. Moi je peux vous dire que la constipation ce n’est pas marrant :oops:

Kabu : j'ai également souffert de constipation pendant 5 jours à cause de l'anesthésient et/ou de la morphine, et encore cela aurait duré plus longtemps sans l'aide de mon ami Forlax ! :lol: Au début, ils m'en ont donné un sachet mais rien à faire, je restais constipée. Alors le Dr Conti m'a dit d'en prendre 4 (c'était le matin de mon départ) et m'a prévenue qu'éventuellement, ça se "décoincerait" d'un coup (ça promettait pour les 3 heures de TGV)... J'ai finalement été tranquille dans le TGV puis on est venu me chercher à la gare et alors que je suis arrivée chez moi, j'ai su que le moment de l'accouchement :wink: arrivait à très grands pas. Les 4 sachets avaient bien fait leur boulot. Ce qui était drôle, c'est que l'amie qui était venue me chercher à la gare tapait un peu la discut' et que j'ai dû lui expliquer et lui dire que le moment était venu qu'elle s'en aille car des occupations plus pressantes m'attendaient !!! Les colocs ont donc religieusement attendu devant les toilettes car la cuvette étant cassée, ils avaient peur que je ne tombe et quelques jours après une opération du thorax, ça craint un peu (n'est-ce pas, Coco ?). Bref, situation cocasse dans laquelle on perd toute réserve et pudeur (un séjour à l'hosto, ça fait voir les choses autrement de ce point de vue-là !). :wink:

lasyan3 : Perso je n'ai eu aucune recommandation à ce sujet, et c'est d'ailleurs arrivé tardivement je trouve. J'ai d'abord eu une période où c'était difficile à cause de l'opération (douleurs dans les côtes et la poitrine quand je "poussais") mais ça sortais. C'est un peu plus d'1 semaine après ma sortie que j'ai été constipé, mon médecin m'a dit que ça venait des médicaments. Je n'ai rien pris pour "faciliter le transit", ça a duré environ une semaine je crois mais c'est tout.

Bud : Prendre en plusieurs fois au cours des repas des 2 ou 3 jours précédents l’opération, une barquette de Lansoyl (paraffine gélifiée) par repas afin de graisser le tube digestif en vue de facilité les défécations lors de la semaine post-op. En effet, en général, le traumatisme qu’engendre l’opération, ainsi que les morphiniques administrés, entrainent une constipation pouvant se révéler très handicapante.

La sonde urinaire

gazelle : j'appréhendais la sonde mais ça ne fait pas mal du tout, on ne sent rien, même pas pisser si j'ose dire !!!! :lol: J’ai été impressionnée par la quantité de "pipi" qu'il y avait dans la poche alors que je n’avais pas bu un verre d'eau ! :shock: Ce sont les produits de perfs qui sont évacués... pour le retrait y'a aussi des infirmiers/ères :wink: donc il soulève la jupette, avec une seringue (sans aiguille) aspire le liquide du petit ballonnet qui fait que la sonde tient et que l'urine s'écoule puis quelques centimètres de retrait, ça glisse bien ! Juste une petite sensation, même pas d'infection urinaire, rien ! après on la regrettes parce que c'est là que l'on fait des efforts pour se lever... :x Faire attention parce que quand elle est enlevée, on se fait un petit peu pipi dessus, c'est dur de retenir le premier pipi... :oops:

nico79 : La sonde urinaire est posée lorsqu'on est endormi donc on ne sent rien. Ensuite au quotidien, elle n'est pas gênante, on ne la sent quasiment pas. Elle est utile pour nous éviter de nous lever trop souvent, on se lève uniquement quand les infirmières viennent refaire le lit (et du même coup on en profite pour faire la toilette assis :wink: )
Et pour le retrait, même si la sensation n'est pas très agréable, on ne peut pas dire que ça fasse mal (c'est comme une prise de sang, t'aimes pas ça, c'est pas agréable mais ça fait pas mal :) )

lasyan3 : à Lille le premier soir du retrait de la sonde, les infirmières m'ont fait stresser parce qu'elles voulaient absolument que j'urine, pour être certaine que le système marchait toujours... Résultat pas une goutte n'est sortie et j'étais super énervé ! Donc pas de panique ça sort tout seul bien assez tôt (sauf si le système ne fonctionne effectivement plus... globe vésical à évacuer par sondage !).

Eternuements :

Yoann : Aussi, j'avais trouvé un moyen efficace, enfin efficace pour moi, pour éviter d'éternuer et de faire des "aaatchouummaaaaïïïeuuuuuu" hyper agréables, c'est de tout de suite se moucher dès qu'on sent qu'on a envie d'éternuer, ça coupe immédiatement l'envie!

stef : Petit conseil pour les éternuements post op., poser ses deux mains (l'une sur l'autre) au milieu du thorax et appuyer très fort juste au moment de l'éternuement. Croyez moi, ça fait beaucoup moins mal. :wink:

Kabu :... ou bien se pincer le nez quand on sent que ça vient... Au début du moins, ça a pas mal éloigné les éternuements. Mais bon, éternuer avec de la ferraille dans le thorax, ça reste assez désagréable, quoi qu'il en soit... :?

Les effets indésirables

Kabu : J’aimerais juste attirer votre attention sur un point de détail qui pris à l'avance permet d'être évité.
En effet, il n'est pas rare que les chocs opératoires (l'opé proprement dite plus toutes les misères et les produits qu'on subit et ingère les premiers temps après l'opé) provoquent une augmentation de la chute de cheveux.
Les chocs, qu'ils soient opératoires, émotifs, psychologiques peuvent avoir des répercussions sur nos tignasses. Eh oui ! Pas tout le temps mais parfois. :wink:
Même si on ne se déplume pas complètement, loin de là, il n'est pas agréable d'avoir à ramasser une pelote de cheveux (phénomène d'autant plus impressionnant que les cheveux sont longs et foncés) dans la baignoire ou sur la brosse. On se dit "Me***, qu'est-ce qu'il m'arrive ?" et en fait, on flippe plus devant la touffe de cheveux qu'on tient dans ses mains qu'en regardant sa tête où on ne voit que peu de différence. Néanmoins, si cela perdure, les cheveux paraissent plus raplapla, ternes, moins épais et il convient de traiter. Comme le cheveu met 2 à 3 mois à réagir aux produits, dont certains sont vraiment efficaces, il peut s'avérer judicieux de commencer un petit traitement qui stimule la pousse et freine la chute avant l'opé.
Le traitement complet se compose de gélules, d'un shampoing et d'une lotion (c'est surtout la lotion qui est efficace, je trouve). Après, tout dépend du budget... Pour l'ensemble, il faut se priver de quelques sorties, pour les 12 ampoules de lotion, environ 25 euros suffisent, même si c'est déjà pas mal... Si vous êtes intéressés, demandez moi en MP le nom de la marque, qui sur moi avait fait des miracles.
[Edit Kabu 03/12/06] Voilà, juste pour vous dire que le traitement a été efficace. Comme je m'y attendais, 2 mois après l'opé, j'ai eu droit à ramasser tous les jours de bonnes touffes de cheveux mais comme j'avais fait un traitement avant l'opé, je pense que ce sont les "vieux" cheveux qui sont tombés. Résultat des courses, malgré les fortes chutes, je ne me suis pas du tout "clairsemée", et comme j'ai quand même refait un deuxième traitement car je flippais un peu en ramassant tous les jours sur la brosse autant de cheveux, eh bien, en ce moment, j'ai une tignasse épaisse et fournie comme je n'ai jamais eu. Voilà, maintenant vous avez le témoignage d'un cobaye. :wink:

lolo : j'ai perdu la semaine dernière une petite touffe de cheveux derrière la tête j'ai mis ça sur le compte du frottement sur l’oreiller (j'avais une bosse à cet endroit en sortant du bloc) mais c'est peut-être le contrecoup de l'opération en tout cas ça commence à repousser et c'est le principal (j'ai aussi quelques pellicules qui ont fait leur apparition avec le stress et la fatigue).

gazelle : La perte n'a pas été le premier de mes soucis par contre je me suis mise à avoir des pellicules... beurk ! :pouah: Le cuir chevelu n'a pas aimé l'opé et faut bien évacuer par qque part donc il se pourrait que 2 semaines après l'opé il reste encore un peu de peau qui tombe du cuir chevelu. Pas la peine de prendre de shampoing spécial, juste laver deux fois et tous les 2 jours, c'est juste une question de temps...

Détails techniques/questions que l’on se pose :

Julien : pour ceux qui auront des drains si vous sentez que ça vous fait mal rien que quand ils sont a l'intérieur, vous êtes en droit de demander une injection de morphine (la laisser agir au moins 15 min) voire une anesthésie locale quand on vous les retirera.
Ne pas oublier que vous en avez (genre je me lève je vais pisser et un tuyau qui me retient).
Pour ceux qui auront une PCA (pompe a morphine) ne pas attendre que la douleur s'installe pour prendre un bollus MAIS ne pas en abuser non plus sous peine d'effet secondaires (trouble du transit, anurie..) a éviter au maximum.

lolo : pour les besoins liquides y a la sonde urinaire qui est bien sur mise en place après endormissement et qui n'est pas trop dure à enlever (ça m'inquiétait un peu avant) pour le reste, on est tellement constipé après l'opération que le problème ne se pose pas (en plus on ne mange pas grand chose dans les premiers temps) pour la toilette on se lève aidé par les infirmières et on la fait assis sur une chaise (pendant qu'elles refont ton lit) elles aident pour le dos.

Barto : Pour éviter l'air con en salle d'OP. (vécu ) : La blouse se met à l'inverse d'une chemise : les boutons dans le dos !!!

Joy : éviter de se faire opérer pendant les grandes vacances (parce que du côté du chirurgien pas de soucis, mais du côté du personnel il y en a moins, il est moins/pas habitué au service, ils sont presque tous en vacances.
douleur
Ne pas minimiser quand on vous demande de mettre une note sur votre douleur, ne serrez pas les dents inutilement; il vaut mieux noter large que faire l'inverse (comme j'ai fait moi, un mois après l'op', j'étais toujours à 4 sur 10, alors que j'avais beaucoup moins mal que juste après !)

Cicatrice
Bud : En cas d’écoulement de liquide par la cicatrice, si celui-ci est peu abondant et clair (citrin +/- rosé), il n’y a pas vraiment lieu de s’inquiéter mais il faut néanmoins montrer cela à son médecin traitant. Si, pas contre, vous avez de la température (peu probable car vous serez sous 3 à 4 gr de paracétamol par jour pour la douleur qui a aussi un effet antipyrétique) ou l’écoulement est épais ou purulent, il faut insister après de son médecin traitant (demander une prescription non-remboursable si votre médecin tic) pour faire faire un analyse cyto-bactériologique du liquide. Ceci permettra principalement de voir si cette production de liquide provient d’une infection bactérienne et permettra le cas échéant de définir les antibiotiques les mieux adaptés pour traiter cette infection.

Drainage
Bud : de retour du bloc opératoire, vous aurez une sonde urinaire que vous garderez quelques jours ainsi que de 3 à 7 drains (médiastinal, pleuraux, redons sous-cutané) suivant l’étendu du remaniement effectué. Ces drains (tuyaux reliés à des bocaux en dépressions) seront progressivement retirés de ~J2 à ~J5 quand ils cessent de pomper du liquide. Le retrait ne fait pas mal, mais on sent quelque chose de bizarre lors de celui-ci. Pour les drains médiastinal/pleuraux, immédiatement après le retrait du bout du drain par une infirmière, une seconde serrera fortement un fil servant à étrangler le petit trou laissé par le tuyau retiré afin d’en assurer l’étanchéité (sinon il y aurait risque de pneumothorax ou de pneumomédiastin). Le serrage de ce fil par le nœud est un peu douloureux mais il annonce la fin de la procédure et donc le soulagement d’en avoir terminé avec le drain en question.


Affaires personnelles à apporter :

kermor : N'oubliez pas les serviettes de toilette si l'hôpital ne vous en fournit pas.

gazelle : Les filles, n'oubliez pas votre plaquette de pilules ou contraceptif quel qu'il soit !!!!! Prévoir aussi des tampons ou serviettes car avec la dose de médocs, anesthésie et tout le stress, les règles peuvent survenir sans crier gare ! Vécu... :roll:

lasyan3 : Apportez votre trousse de toilette, vos serviettes et votre pyjama ! On n'y pense pas toujours parce que l'hôpital a des blouses, mais c'est vachement plus confortable de porter ne serait-ce que le bas de son pyjama ! (Et concernant les toilettes, à Lille on ne vous laisse pas dans le lit toute la journée ; dès le matin on vous lève pour le petit déj. ensuite pendant que les infirmières font le lit vous faites (ou elles vous aident) votre toilette, puis vous ne vous recouchez qu'après le déjeuner jusque vers 16h~17h et ensuite dîner et dodo.)

Onraryio : préparez dans vos vêtements des chemises. Non pas pour faire classe mais pour la sortie, parce que c'est plus facile pour s'habiller qu'un t-shirt où il faut lever les bras et tirer. ;)

Communication :

gazelle : Prendre assez de crédit en téléphone fixe (ou portable), la somme d'argent correspondante aux communications non consommées vous sera remboursée. Ce système existe à Strasbourg du moins, d'autres hôpitaux vous facturent les communications en sortant, renseignez vous pour connaitre le fonctionnement de l'établissement !

thone : La télé lors de notre séjour au centre hospitalier peut être remboursé par certaines mutuelles il faut se renseigner avant pour savoir si ils le font pour l'inclure dans la facture. Je le dis car eux ne le disent pas et après il est trop tard.


Mise en garde : Ne pas apporter d'objet de valeur, les vols sont fréquents, c'est dégelasse mais c'est comme ça. On va pisser ou faire sa toilette dans la salle de bain et en sortant on voit qu'on est dépouillé :? . Ce sont des cas rapportés des hôpitaux de l'APHP. Après libre a vous de décider, mais je pense qu’après ce type de chirurgie on a pas trop le moral a ça. Confier ses objets de valeur à la personne accompagnante.

Apporter de quoi s'occuper (lecture, musiques) et demander la télé n'est pas de trop.

kermor : filer le numéro à vos proches pour qu'ils puissent appeler l'équipe médicale au réveil (si ça c'est bien passé). Lectures, télé (avec le câble si possible), forfait téléphone.

JP : Un bon gros conseil c'est qu'il faut prévoir de lutter contre l'ennui à l'hôpital ramener un pc portable et chargez le de films et de musiques ou jouer aux jeux vidéo ça fait passer le temps et quand on s'occupe l'esprit on en oublie presque les douleurs. Je trouve que c'est assez important. :wink:

Darkyesus : dans le NHC de Strasbourg, vous avez à votre disposition une armoire qui ferme à clef, et un coffre fort blindé à code (non non, c'est pas une blague ^^ ) Donc pour les objets de valeur, je pense que ça devrait être bon maintenant. Par contre, le coffre est très petit, mon ordinateur portable (un notebook) ne rentrais pas dedans :/

Julien : A L’APHP : pour le portable je sais que dans les hôpitaux de l'APHP c'est "toléré". Portable ou pas il faut avoir moyen de rester en contact avec ses proches, le téléphone peut aider quand ces derniers ne peuvent pas venir.

nico79 : On peut bien sur apporter de quoi se divertir, mais il faut savoir qu'en général on passe ses journées à somnoler après l'opération. Moi dès que je lisais ça me donnait envie de dormir, la télé c'était pareil, écouter de la musique pareil, une vraie loque quoi :lol:

orlando : A Lille : rien ne ferme à clef. Les objets et documents de valeur doivent être déposés auprès de l'Administration.

lasyan3 : Pour ceux qui auront une pompe à morphine, ne pas vous charger outre mesure. J'avais prévu les livres, le baladeur mp3, les magazines, etc. mais en fait j'ai passé mes journées à planer, je n'ai RIEN fait d'autre ! J'allumais la TV sur national geographic, une petite pression et embarquement immédiat (les émissions culturelles se marient très bien avec les calmants) ! Donc pour peu que vous supportiez la morphine, laissez tomber le reste, vous éviterez un encombrement inutile (et limiterez d'autant les risques de vol).


Pour les repas :

lasyan3 : Par contre évitez la morphine un peu avant et après les repas, sinon pour ma part je perdais l'appétit avant et j'avais des nausées après...

nico79 : Apporter quelques petits extras (chocolats, ...) mais en général ce sont les proches qui les apportent après l'opération pour aider à tenir le coup. :lol:
De toute façon à moins d'être difficile sur la nourriture, il y aura que du bon à l'hôpital (enfin moi j'ai trouvé ça très correct par rapport à ce qu'on m'avait dit).

Julien : se forcer a manger (même si c'est dur) pour limiter les dégâts.

kermor : Se forcer à manger ... ouais mais vu que la bouffe est immonde (sans sel, sans gras, cuite à l'eau ...) et que vous ne faites pas d'exo.

Strasbourg : nico79 : Franchement depuis toujours j'entends tout le monde dire que la bouffe dans les hôpitaux est pas bonne.
Mon opération c'était mon premier séjour à l'hôpital et j'ai pas trouvé la nourriture dégoûtante, loin de là, j'ai même été très agréablement surpris.
Je ne sais pas si à Strasbourg ils font un effort particulier, mais en tout cas c'était loin d'être mauvais.

APHP : Julien : Oui mais faut dire que les repas de l'APHP sont réputés être dégelasses et c'est pas qu'une rumeur 8)

Transport :

bernie : pour les prises en charge à 100% du transport, il faut une entente préalable. Assurez vous qu'elle soit faite pour vous faire rembourser les billets de train. Moi je me suis faite avoir !

mOuchette22 : pour ceux qui prenne le train demander qu'on vous amène a votre train en chaise roulante, sa évite que les gens vous pousse (vécu... c'est pas agréable du tout) et ils vont vous chercher a la descente du train aussi.

Bud : Pour la sortie, dans le cas d’un transport en voiture ou en VSL, prévoir une position incliné avec éventuellement des coussins durs afin d’avoir le dos incliné à ~45° et le plus droit possible. Un coussin à placer entre la ceinture et le thorax est aussi le bienvenu.


Ce qui peut aider à récupérer plus vite :

Julien : dormir et rester avec le lit moyennement surélevé (ça permet de mieux respirer).
Ne vous laissez pas faire, si lors d'une "grande visite" y a trop de monde dans la chambre vous êtes en droit d'en virer une bonne partie, ou si une infirmière vous parle mal.
Bien faire les exercices quotidiens préconisés par le/la kiné, et continuer à les faire même une fois rentré(e) à la maison.
Essayer de marcher un peu tous les jours à partir du 3e jour environ (je sais c'est pas facile du tout mais ça aide).

nico79 : ne pas oublier de faire des étirements dans le lit (jambes, fessiers, ...) pour éviter les différents problèmes de circulation dus à la position allongée. Si vous avez du mal a vous endormir (bruit du pleurovac relié au drain) n'hésitez pas a demander quelque chose pour dormir.

Michael : alterner les siestes et les phases d'exercices (marche au début puis vélo ou piscine après).
Lors des phases d'exercices, en profiter pour travailler la respiration (expirer à fond puis inspirer à fond), se tenir droit et tirer les épaules en arrière.
Sinon, niveau pratique, essayer de prévoir un système qui permette de se redresser seul de son lit. Pour ma part, il y a une corde attachée entre ma porte et ma fenêtre qui me permet de me redresser. Donc à prévoir en fonction de la géométrie de votre pièce. Les pauses pipi, les tensions dans le dos et l'horrible impression d'être " attaché " sur son lit obligent à se lever assez souvent la nuit, donc , si vous ne voulez pas être obligé d'appeler quelqu'un pour vous redresser pensez-y.

kermor : N’hésitez pas à demander des cachetons pour dormir en prévision d’éventuelles insomnies (si vous ne les prenez pas vous les rendez)
Évitez les visites non intimes les premiers jours.
Se forcer à marcher (ouvre l'appétit entre autre).

lasyan3 : l’Accompagnement : Dans la mesure du possible bien sur, faites en sorte d'avoir quelqu'un avec vous (au moins les 2 premiers jours) C'est agréable d'avoir quelqu'un qui aide pour se déplacer, pour passer les objets, aller acheter un livre au kiosque du coin, etc.
Pour les visites, limitez aussi bien la quantité que la durée durant au moins une bonne semaine. Le simple fait de parler qui épuise donc ménagez-vous, même si vous avez l'impression que ça va mieux (ne pas oublier que vous êtes blindés de calmants) !


A la sortie :

Julien : demander des séances de kiné (mais s'ils sont sérieux vous aurez même pas besoin de les demander).

Fabe : Commencer les séances de kiné au bout de 3 semaines pour la respiration et pour garder une jolie cicatrice, autrement pas avant 2 mois pour les pecs.
Pour la kiné, tout dépend du prescripteur et de l'indication.

gazelle : n'hésitez pas à remercier le personnel quand il est compétent et sympathique, leur boulot n'est pas toujours simple et reposant et puisqu'ils sont là quand ça ne va pas, on peut leur faire ce plaisir ! :wink:

kermor : ne pas oublier ses cigarettes :shock: (je rigole ...) au contraire pour les fumeurs arrêter bien avant l'opération : à cause de la toux en post opé (le manque disparaît immédiatement par contre avec les antalgiques et morphine).

lasyan3 : Vous risquez d'avoir un rythme complètement perturbé durant quelques temps, du genre vous n'arrivez pas à vous endormir avant 3h du matin et vous vous réveillez vers 11h, avec un gros coup de barre en pleine journée, et ainsi de suite. C'est apparemment dû à l'anesthésie générale, il paraît que c'est très long à évacuer (même 5 semaines post. op. je n'ai pas du tout sommeil)

Bud : Contre la douleur vous aurez une prescription d'antalgique de type« di-antalvic » [paracétamol + dextropropoxiphène], ou « efferalgant codeiné » [paracétamol + codéine] ou encore Ixprim [paracétamol + tramadol]. Ces 3 types de médicaments sont des antalgiques de classe II (3 classes existes, I : activité faible - III : activité forte). Un de ces trois vous sera administré dès l’arrêt de la péridurale et ceci durant au moins 2 semaines post-op. Le problème c’est que pour chacun d’eux, certaines personnes peuvent avoir d’énormes effets indésirables +/- une efficacité nulle. Les effets indésirables peuvent être : nausées, céphalées, sueurs, agitation, constipation, dépression respiratoire. Si besoin, afin de faciliter l'endormissement, il peut vous être prescrit un sédatif type Atarax 25mg (sédatif)ou Imovane 7.5mg (hypnotique).

maman de Nano : voilà les conseils post-opératoires qu'on nous a donné à Strasbourg pour la technique "mini-invasive" de Nuss :

J1 et 2 après l'intervention :
- rester allongé sur le dos
- sortir du lit et déambulation avec aide
- maintenir le torse redressé, épaules en arrière
- ne pas pivoter le torse
- ne pas se courber en avant. Plier au niveau du bassin
- entraînement à la respiration et spiromètrie incitative (BIRD et/ou spirométrie) : 4 à 6 x/jour durant 3 à 5 minutes.

J3 après l'intervention jusqu'au jour de sortie de l'hôpital :
- comme jour 1 et 2 plus promenade

Activités après être sorti de l'hôpital :
- ne pas "forcer" durant 4 à 6 semaines
- marcher beaucoup
- entraînement respiratoire 2x/jour (10-15 mn) durant 2 mois
- l'opéré peut prendre une douche après 6 jours
- debout : se tenir droit
- assis : cousin dorsal sur le siège
- pas d'étirement, de pivotement ou de courbure du torse pendant les 4 premières semaines
- pas de sac à dos pendant 2 mois
- ne pas soulever d'objets lourds pendant 2 mois
- reprise de musculation et des sports après 3 mois sauf le judo, karaté, gymnastique ou de de sports de contact.

Bud : Le couchage se fera impérativement sans oreiller. La moitié supérieure du lit peut-être légèrement incliné (25-30°) dans les premiers temps afin de limiter les efforts sur le thorax. Il est cependant très important que la partie inclinée soit bien rectiligne et qu’elle débute juste au dessus des fesses. Idéalement, cela peut se faire avec un petit lit (90cm de large) en mettant une planche de 90x90 dans la partie haute entre le sommier et le matelas et en intercalant dessous celle-ci, tout en haut, des piles de journaux pour la surélever ; en fin, il faut utiliser une sangle pour plaquer le milieu du matelas et le début de la plaque au sommier. Ainsi, on obtient un plan rectiligne horizontal de 1m des pieds jusqu'aux fesses et un plan rectiligne incliné à ~25-30° de 90cm du haut des fesses jusqu'à la tête.

Long terme :

Bud : Il est courant de garder une insensibilité ([an/hypo]esthésie) ou une sensibilité désagréable (dysesthésie) au niveau de la cicatrice et de son pourtour (parfois incluant les tétons qui ne sont plus « excitables »).


Le mot de la fin

V. : Ne pas mater Jackass sur le câble JAMAIS.

Barto : Ne pas regarder la série H, ou les Simpson, rire fait mal...
Dernière édition par Julien le Dimanche 31/07/2005 22:21:17, édité 1 fois.
Julien
Sportif en eaux troubles
Avatar de l’utilisateur
 
Message(s) : 481
Inscription : Samedi 12/03/2005 21:27:01
Présentation / Photos

Re: > CONSEILS POUR LES FUTURS OPERES <

Message par gazelle le Mercredi 19/03/2014 14:52:17

La sonde urinaire (ou vésicale) :

C'est une aide pour chacun, elle permet au personnel soignant de ne pas baigner dans l'urine durant l'intervention... et pour vous c'est un confort car grâce à elle, vous pourrez rester allongé les premiers jours (voir seulement les premières heures... tout dépend des consignes du service)
La pose de la sonde est un acte stérile afin d'éviter que les germes remontent vers la vessie et provoque une infection. C'est un kit complet sous boite qui est à usage unique. Le personnel (infirmier/ère) en charge de la pose respectera un protocole strict.
Elle se présente comme cela :
sonde complète.png
sonde complète.png (22.34 Kio) Consulté 6921 fois
le "tuyau" (tubulure) dont une partie (du ballonnet en bas jusqu'au Y rouge) entre par l'urètre jusqu'à la vessie. Il comporte un ballonnet (qui sera gonflé à l'aide de 10ml d'eau stérile à l'aide d'une seringue) qui servira de flotteur dans la vessie afin que cette tubulure ne glisse pas si vous tirez dessus.
L'autre partie de la tubulure sera raccordée à une poche stérile pou recueillir l'urine à tout moment.
Une fois posée :
sondage-femme.gif
sondage femme
sondage-femme.gif (24.73 Kio) Consulté 6921 fois
images.jpeg
sondage homme
images.jpeg (6.57 Kio) Consulté 6921 fois

Veillez à ne pas écraser la tubulure avec votre jambe ou la barrière du lit etc... il faut que l'urine puisse s'évacuer à mesure que la vessie se remplit.

Il faut respecter quelques règles d'hygiène simples comme se laver de la sonde vers le bas, il ne faut pas remonter la tubulure vers l'urètre.

Pour le retrait c'est très simple et NON DOULOUREUX, l'infirmier/ère dégonflera le ballonnet toujours à l'aide d'une seringue, et la tubulure, en matière silicone, glissera toute seule jusqu'à tomber.

Il arrive parfois que celle-ci tombe seule à cause du ballonnet pas assez gonflé ou le choix d'une mauvaise taille (il existe plusieurs épaisseurs).

Si la manière de procéder vous intrigue, vous pouvez toujours aller voir > la fiche technique du sondage vésical <
Y a même une vidéo ! > http://www.canal-u.tv/video/canal_u_med ... _clos.1871 <
Gazelle - Administrateur
Opérée à Strasbourg le 28/02/2006

http://www.pectus.fr/
gazelle
Galinette sandrée
Avatar de l’utilisateur
 
Message(s) : 3114
Âge : 36
Inscription : Samedi 26/03/2005 15:03:59
Localisation : Pau
Présentation

Re: > CONSEILS POUR LES FUTURS OPERES <

Message par gazelle le Jeudi 20/03/2014 12:18:45

L'anesthésie générale et la prémédication :

Comment ça se passe ?

Il y a pour commencer une prémédication, c'est un médicament tranquillisant que l'on va vous administrer (type Hypnovel ® ou Atarax ®...) par voie orale, le plus souvent une heure avant l’anesthésie, pour vous relaxer et diminuer votre angoisse préopératoire.
Cela ne se pratique pas partout mais il est possible de la demander en entrant dans le service auprès des infirmières ou directement au chirurgien.

L’anesthésie générale (souvent notée AG) est un état comparable au sommeil produit par l’injection intraveineuse de médicaments ou par la respiration de vapeurs anesthésiques. Elle permet de supprimer la sensation de douleur ainsi que les réflexes moteurs d'une personne, afin de permettre la réalisation de l’acte chirurgical.

L’anesthésie générale est compatible avec tous les types de chirurgie.

Elle a lieu dans une salle équipée de matériel adapté et vérifié avant chaque anesthésie.
Comme toute anesthésie, elle impose un jeûne absolu de 6 heures minimum (pas de boissons, pas de nourriture, pas de tabac) afin de réduire les risques de vomissement et d’inhalation (passage du contenu de l’estomac dans les poumons) lors de l’endormissement
L'anesthésie générale repose sur l'association de trois types de médicaments qui se complètent:
1. les hypnotiques qui sont responsables de la perte de la conscience et du maintien de l'inconscience type Propofol (Diprivan ®) ou l’Etomidate (Hypnomidate ®).
2. les analgésiques qui sont responsables de l’analgésie pour diminuer voire annuler le retentissement des actes douloureux type Sufentanil (Sufenta ®) qui est 1000 fois plus puissant que la morphine !
3. les curares qui sont responsables du blocage neuromusculaire (paralysie) pour empêcher les mouvements nuisibles à la chirurgie et faciliter la tâche du chirurgien en relâchant les muscles type Atracurium (Tracrium ®).

L’anesthésie générale s’accompagne d’une perte des réflexes de protection des voies aériennes et d’un arrêt de la respiration. C’est pourquoi elle nécessite le plus souvent une intubation de la trachée et une ventilation artificielle avec un respirateur.
(Un masque laryngé peut être utilisé en remplacement de l'intubation : son utilisation est plus simple et moins traumatisante mais ses indications sont plus limitées et quasiment jamais utilisés dans la chirurgie des Pectus.)

Durant tout le déroulement de l’anesthésie un monitoring complet assure la sécurité du patient. Les moniteurs de la respiration, de l’oxygénation, du rythme cardiaque et de la pression artérielle sont actifs en permanence.
Le refroidissement du à l’A.G. est traité par des couvertures chauffantes sur lesquelles sont branchés des insufflateurs d’air chaud pulsé.
La surveillance est continue par un anesthésiste (médecin ou infirmier spécialisé) et l’ensemble des données recueillies est reporté sur la feuille d’anesthésie (pour le dossier médical).

En fin d'intervention, vous séjournerez systématiquement en salle de réveil (salle de soins post-interventionnelle) pour y être surveillé de manière continue et dans laquelle seront assurés l’analgésie (traitement de la douleur), la surveillance du réveil et le réchauffement.
Une fois calmé, réchauffé et réveillé, vous pourrez regagner votre chambre. :D

Bien que de plus en plus sûre, l’anesthésie générale représente toujours un certain danger qui peut être évalué à 1/15000. Ce chiffre est brut et il reflète les 600 à 800 décès qui se produisent tous les ans dans notre pays. Le risque réel pour un patient en bonne santé, correctement évalué lors de la consultation pré anesthésique et correctement préparé est beaucoup plus faible: certainement très inférieur à 1/200 000. Ces chiffres sont toutes interventions confondues et pas du tout relatif aux interventions sur PE

Les manifestations désagréables secondaires à l’anesthésie générale sont souvent :
· Les nausées et les vomissements au réveil (devenus moins fréquents avec les nouvelles techniques et les nouveaux médicaments).
· L'introduction d'un tube dans la trachée (intubation) pour assurer la respiration pendant l'anesthésie peut provoquer des maux de gorge ou un enrouement passager.
· Des traumatismes dentaires sont également possibles. C'est pourquoi il est important que vous signaliez tout appareil ou tout fragilité dentaire particulière.
· Une rougeur douloureuse au niveau de la veine dans laquelle les produits ont été injectés peut s'observer. Elle disparaît en quelques jours.
· La position prolongée sur la table d'opération peut entraîner des compressions, notamment de certains nerfs, ce qui peut provoquer un engourdissement ou, très exceptionnellement, la paralysie d'un bras ou d'une jambe. Dans la majorité des cas, les choses rentrent dans l'ordre en quelques jours ou quelque semaines. Il ne s’agit pas là, véritablement de conséquence de l’anesthésie mais de conséquences de la chirurgie.
· Des troubles passagers de la mémoire ou une baisse des facultés de concentration peuvent survenir dans les heures suivant l'anesthésie.
· Des complications imprévisibles comportant un risque vital comme une allergie grave, un arrêt cardiaque, une asphyxie, sont extrêmement rares. Pour donner un ordre de grandeur, une complication sérieuse ne survient que sur des centaines de milliers d'anesthésie. Il est important de bien dire à l'anesthésiste au rdv pré-opératoire toute allergie ou réaction à un médicament afin d'éviter ces accidents.
Gazelle - Administrateur
Opérée à Strasbourg le 28/02/2006

http://www.pectus.fr/
gazelle
Galinette sandrée
Avatar de l’utilisateur
 
Message(s) : 3114
Âge : 36
Inscription : Samedi 26/03/2005 15:03:59
Localisation : Pau
Présentation

Re: > CONSEILS POUR LES FUTURS OPERES <

Message par gazelle le Vendredi 21/03/2014 14:33:29

Si d'autres sujets vous préoccupent concernant l'opération du pectus je peux créer un sujet complet de ce type afin de clarifier les choses, n'hésitez pas ! :wink:
Gazelle - Administrateur
Opérée à Strasbourg le 28/02/2006

http://www.pectus.fr/
gazelle
Galinette sandrée
Avatar de l’utilisateur
 
Message(s) : 3114
Âge : 36
Inscription : Samedi 26/03/2005 15:03:59
Localisation : Pau
Présentation

Retour vers Les Pectus

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité