Alternatives / Informations / Sujets / Discussions autour des Pectus
Alternative / opération Ravitch allégé Dr AKKAD Lille

Alternative / opération Ravitch allégé Dr AKKAD Lille

Message par Kabu le Samedi 18/03/2006 22:31:09

Il existe plusieurs méthodes différentes de Sterno Chondro Platie, généralement regroupées sous le nom de Ravitch.

Celle que je vous présente ici est pratiquée en France par - au moins - le Pr Wz à Lille, ainsi qu'outre Atlantique. Elle diffère des autres variantes Ravitch surtout du fait que la barre n'est pas sous les côtes mais au-dessus . Donc si elle bouge, pas de risques de perforation pulmonaire ou cardiaque. Elle est en effet placée au-dessus des côtes mais sous les muscles donc à peine visible sous la peau.

Cette opération est valable à tout âge (dans les âges très avancés, je ne sais pas si ça a été tenté)
> Bud : Toutes les methodes apparentées Ravitch (Lille, St-Cloud, Strasbourg...) doivent être faite quand la croissance est totalement terminée.

--> De plus, la technique convient à tous : PE symétriques et asymétriques ainsi que PC !

Voici quelques autres caractéristiques de l’opération :

Pour ce qui est du temps d'hospitalisation en général on sort à J+3.

Il n'y a pas d'auto-transfusion car l'opération n'est pas très invasive incision de 10-13 cm seulement et les zones qu'il coupe saignent peu (apparemment il ne charcute pas trop les muscles intercostaux (la perte maximale de sang qu'il a enregistrée est 100 mL, l'UCLA donne 80 mL en moyenne). Par ailleurs, au cours de l'opération, il ne coupe aucun vaisseau lymphatique ou sanguin important de la région thoracique.

Le professeur m'a également confirmé qu'il n'y a pas d'atèles de Borrely, juste une barre externe et la conservation du périostéum pour que les cartilages se ressoudent rapidement.
La barre ne reste que 6 mois (dans certains cas, elle a été retirée plus tôt) elle est retirée sous anesthésie générale courte ou parfois locale (20% des cas).
Comptez entre 1 et 2 jours d'hospitalisation pour l’abalation de la barre.

Il n'y a également pas d'épidurale (péridurale haute): juste une pompe à morphine les 2 premiers jours (au besoin).

Des drains sont posés en fin d’intervention et sont retirés au bout de 2 jours.

Durée d'opération : 3h30 à Lille (contre environ 5h pour un Ravitch "traditionnel").

Pas de soins intensifs --> les opérés filent vite dans leur chambre au sortir de la salle de réveil.

Pour ce qui est des auvents costaux saillants dans le bas de la cage thoracique (effet 4 seins pour une fille), il y remédie en effectuant une résection de certains cartilages et en attachant ces auvents à l'appendice xyphoïde (dans le détail, je ne saurais pas trop vous expliquer).

Petite précision concernant la résection des cartilages. Sur la vidéo de France 5, on voit de jolis bouts de cartilages à côté de la table d'op après résection : on peut penser après coup que le périmètre de la cage thoracique va s'en trouver d'autant réduit avec cette technique : eh bien non !
En fait, le cartilage est incisé en "H", le "H" étant plus large que haut (et la côte étant ici dans le sens horizontal... vous suivez ?). Quand ils ouvrent le "H", ils enlèvent l'intérieur du cartilage, il reste donc le périchondre, espèce d'étui à consistance de carton. Une fois qu'ils font ça pour tous les cartilages à traiter, ils remontent le sternum, qui reste alors toujours attaché au plastron par ces étuis que sont les périchondres mais comme ils sont mous, il peut être remis à la bonne hauteur puis stabilisé par la barre.
Les périchondres fendus en "H" sont alors recousus et un peu raccourcis (mais pas d'autant que le morceau enlevé dedans) ce qui fait qu'au moment de la convalescence, le vide qui subsiste dans ces étuis périchondraux va se remplir de cals osseux, ces choses blanches et bizarres à la radio mais qui garantissent la stabilité de l'édifice une fois la barre retirée.

Sinon, peau et muscles sont décollés en un seul volet, c'est à dire qu'il n'y a pas d'abord le décollement de la peau puis muscles. Cela a pour conséquence de réduire l'oedème post-opératoire notamment.



Pour plus d'infos sur cette technique en particulier, merci de vous adresser en MP à :
- Jerem opéré le 15/02/06
- Thone opéré le 22/09/06
- moi, Kabu opérée : le 12/07/06

:wink:
Kabu :wink: :wink: :wink:
Kabu
Chaussette globe trotteuse
 
Message(s) : 949
Âge : 38
Inscription : Mardi 15/11/2005 0:47:06
Présentation / Photos

Message par Ouznext le Samedi 22/04/2006 16:39:13

Alors voici un debrieff de mon rdv avec le sympathique Pr Wz.

...Il m'a fait rire, car chacun prêche pour sa paroisse, mais il défend bien sa méthode. Il reconnaît que la méthode strasbourgeoise est réalisée de main de maître par quelqu'un de talentueux, mais que la technique elle même est fastidieuse.
Pour la petite anecdote, il a une feuille A4, derrière son bureau avec http://www.pectus.fr imprimé en gros dessus. 8)
Il connaît l'existence du forum et remercie Thone pour diffuser l'information de son opération et lui amené des PE des quatre coins du pays.

Cette opération est parmi les plus légères en chirurgie thoracique, la plupart du temps il traite des cancer du poumon pour lesquels le travail est beaucoup plus lourd. Du coup, il trouve facilement le temps pour traiter un PE (entre deux grosses opérations), le temps passé dans le bloc étant court.


Chez lui (je mets ça pour les autres, un petit feedback de mes rdv)
- pas d'autotransfusion.
- cicatrice 1/3 moins large
- 2 fois moins de temps sur le billard (2h30 chez lui)
- très peu de saignement.
- Pas de réouverture de la cicatrice au même endroit lors de l'ablation de la barre (ouverture latérale en anesthésie locale) donc meilleure cicatrisation.
- seulement six mois avec la barre Versus 1 à 3 an de l'autre côté.
- Antalgiques et éventuellement morphine Versus péridurale de l'autre.
- délai d'hospitalisation plus cours (5 jours pour un non lillois).
- et d'un point de vue philosophique méthode autrement plus simple à transmettre que la ravitch qui nécessite un chirurgien bien connaisseur de la technique pour un bon résultat (I.E : on est plus sur du résultat avec sa méthode).


Concernant le risque de récidive post op après l'ablation, il m'a indiqué que pour moi il n'y en aurait pas. Et je crois me rappeler que pour des cas plus sérieux, il évalue à des pouillèmes le risque d'affaissement du thorax ou de recreusement.

Concernant une éventuelle allergie à la barre, il n'y a en pratiquement pas (pas de problème de ce côté là pour lui).

Les éventuelles allergies à la morphine, ça dépend, mais la morphine est pour lui, loin d'être obligatoire (bien que proposée) pour ce genre d'opération.

Depuis le début de ses opérations, la cicatrice est réduite d'un tiers pour être comprise entre les deux tétons.
Il n'opère pas les adolescents, car c'est la population la plus prédisposée aux chéloïdes, tant qu'il y a phase de croissance, avec sa technique, il préfère ne pas opérer.


L'opération est prise à100% en charge par la sécurité sociale.
Il m'a fait sourire en mesurant la profondeur de mon PE (4cm), il m'a dit qu'il y a quelques années, il n'y aurait pas eu de prise en charge de la Sécurité Sociale, car mon PE n’était pas assez profond - n'entraînant pas de compression cardiaque ou de déficit pulmonaire. Mais aujourd'hui, ces opérations correctrices "esthétiques" étaient prises en charge.

C'est un type sympa, il ne se prends pas la tête, et il forme toute une relève de chirurgien à sa technique. Les infirmières et ses assistantes, parfaites, super sympa.

Pour mon histoire, cliquez > ici <
Je pectus, Tu pectus, Il pectus, Nous pectussons, Vous pectussez, Ils pectussent...
Ouznext
Pectusien(ne) occasionnel(le)
Avatar de l’utilisateur
 
Message(s) : 64
Inscription : Vendredi 14/10/2005 20:06:51
Localisation : Paris
Présentation

Message par Manu le Mercredi 24/05/2006 10:47:59

Ce message s'adresse aux personnes pratiquant des sports de combat.
Il est important que vous sachiez qu'après l'opération les sports de combat sont définitivement proscrits.
A moins qu'il n'y ait pas de contact bien sur.
Ceci provenant du fait que la cage thoracique perd de son élasticité et donc risque de fracture.

Questions apparentées :

Drunk : Donc si on se prend un coup de tête à la zidane en pleine rue la cage thoracique peut se fracturer, quelles en seraient les conséquences ? Risques de perforation des poumons ?
Même dix ans plus tard ?

lopelope : Hello merci pour toutes ces infos c'est vraiment très intéressant! cependant j'ai une question qui me "turlupine". Après 6 mois, lorsque tout est "ossifié" et après retirement de la barre, la cage thoracique devient moins souple je comprends bien.
Si donc je subis cette opération, je devrais avoir peur de recevoir un coup dans ma cage thoracique ? est-ce que ce sont la "multiplication" des coups dans un sport de combat qui pourraient faire casser, ou alors est-ce qu'un simple coup comme quelqu'un de non opéré pourrait "encaissé" sans vraiment de dégâts?

Holmer : Est ce que les sports de combats sont proscrits pendant quelques mois ou toute la vie ? Qu'en est-il de la musculation ? Ceci est relatif à sa "méthode allégée" ou la méthode normale pratiquée à Strasbourg ampute également les sports de combat à un pectusien ?

Réponses :

> Tristan : Je crois bien qu'à Lille il ne faut pas repenser aux sport de combat après une opération, c’est relatif à la méthode, mais la musculation sans problème.

> Orlando : A Lille, les cartilages sont en partie retirés et remplacés par la ré-ossification des cartilages. Il s'agit alors de néo-cartilages moins souples que les cartilages d'origine et davantage sujets à fractures en cas de chocs violents.
Ailleurs, à Strasbourg, Nancy, Paris et même à Marseille, la reprise des sports de combat est autorisée après quelques mois consécutifs au retrait du matériel.

> Toiob : La perte de souplesse de la cage thoracique est due a l'ossification des nouveaux cartilages, elle perd donc de la souplesse, mais reste plus souple qu'un vrai os.
Les cotes qui cassent ne perforent pas toujours les poumons elles sont maintenues par des muscles et des tissus de part et d'autre. Il existe différent types de fractures a différent degré (de la fissure à l'éclatement) Sachant que si ça va a l'éclatement c'est que de toute façon ça aurait péter.
En vieillissant, la cage thoracique perd en élasticité, disons que ta cage prend 10 ans de vieux d'un coup,
A par NUSS, toutes les opérations qui touchent les cartilages vont dans le sens d'une augmentation de la raideur thoracique.

> nonopak : Avec l'opération de Lille la seule précaution à prendre après l'opération est qu'il vaut mieux éviter les sports de combats violents. Sinon tu peux reprendre toutes les activités sportives.

Orlando : La solidité de la cage thoracique réparée est donc un critère de plus à prendre en compte avant de choisir la méthode opératoire.


Pour les questions concernant les sports pratiquables en post-op, il y a ce topic
La dictature c'est ferme ta gueule! La démocratie c'est cause toujours...
Manu
Jean-Claude Van Damme
Avatar de l’utilisateur
 
Message(s) : 98
Âge : 37
Inscription : Samedi 11/03/2006 12:20:22
Localisation : belgique
Présentation / Photos

Bonsoir Kabu.

Message par orlando le Lundi 08/10/2007 0:31:24

Echange à propos des cartilages retirés / solidité :

Si j'ai bien compris, des morceaux de cartilage sont retirés ?

A Strasbourg, ils font ça également? Je sais qu'à Strasbourg, le plastron est complètement découpé et remodelé. (A Marseille, en plus, il est retourné.Dieu merci, nous faisions dodo!!!)

> Gazelle : Pour te répondre orlando, oui, à Strasbourg des morceaux sont aussi enlevés car c'est bien là notre problème, trop de cartilages... mais les découpes s'effectuent en V (dans le profil de la côte) dans le but de remonter la cage thoracique progressivement par plusieurs sections en V qui sont rattachées par des fils. Ensuite la nature fait que cela se ressoude. Ce ne sont que 6 côtes (x2 pour chaque côté) qui sont retouchées. Et ensuite la même idée de mettre un matériel pour donner une forme et soutenir le plastron le temps de la cicatrisation. Voilà ! :wink:




Orlando : Une fois le matériel retiré, y a-t-il une différence au niveau de la solidité de la cage thoracique réparée ?

> Gazelle : Pas chez nous... je me demande d'ailleurs si le fait de "couper" ne rend pas la côte plus solide... pas de changement notable dans le ressenti avant/après opération dans la souplesse des côtes.

Orlando : Avez-vous une information sur le fait que la méthode de Strasbourg rend la cage thoracique plus solide ?

> Gazelle : Ben tout est relatif, il n'est pas conseillé d'en pratiquer trop tôt mais pas interdit pour autant mais uniquement après retrait des attèles, ce qui ramène à 1 an de solidification. JP a eu droit de faire du snow à 9 mois post-op sans soucis. Il n'y a pas de raisons que ça casse, c'est du solide ! :wink:
orlando
Maître(sse) pectusien(ne)
 
Message(s) : 1356
Âge : 68
Inscription : Mardi 27/06/2006 8:19:44
Localisation : sud-ouest
Présentation / Photos

Message par switch le Lundi 15/10/2007 22:00:50

Quelle est la durée du congé maladie suite à cette intervention ?

> nico79 : ça dépend de la méthode, ça dépend de toi, ça dépend de ton travail...
3 semaines de convalescence en moyenne après sortie de l'hosto, après tu peux reprendre le boulot s'il n'y a pas d'activité physique dedans, sinon c'est plus long... à voir avec le doc.
switch
Pectusien(ne) habitué(e)
Avatar de l’utilisateur
 
Message(s) : 387
Âge : 36
Inscription : Mercredi 19/04/2006 19:41:49
Localisation : Montpellier
Présentation / Photos

Message par Kabu le Jeudi 20/12/2007 17:23:04

Désolée de pinailler encore mais que veut-on dire par solidité ? Dureté, souplesse, résistance aux chocs ?

La résistance des matériaux est une branche conséquente du domaine que j'étudie, les Sciences de la Terre, et nous avons eu beaucoup de cours sur les géomatériaux mais aussi certains sur les biomatériaux, comme l'os par exemple.

On appelle "déformation" toute réponse à une contrainte sur un matériau. Celui-ci peut subir une déformation dite "fragile" (c'est-à-dire qu'il casse net, se fracture), élastique (se déforme et reprend immédiatement sa forme initiale après cession de la contrainte) ou ductile (il se déforme doucement par une sorte de fluage sans casser mais ne reprendra jamais sa position de départ).

Pour une même contrainte, deux matériaux différents peuvent avoir l'un un comportement élastique et l'autre un comportement fragile. Un même matériau peut par ailleurs avoir des comportements différents en fonction de l'intensité de la contrainte et, très important, du temps pendant laquelle elle dure.

Prenez une baguette de bambou ou une boule de silicone déstressante à malaxer (ça ressemble à de la patte à modeler pour ceux qui ne connaissent pas). Si vous tordez doucement la première ou étirez doucement la seconde, le bambou va se plier élastiquement (si vous relâchez, ça revient à l'état initial) et la patte de silicone fluer. En revanche, si vous faîtes ce geste super rapidement, votre baguette va casser (déformation fragile) et votre patte va se casser net aussi. Qu'est-ce qui a changé ? ... La vitesse de déformation.

C'est pareil avec vos côtes. Si vous augmentez la rigidité de votre système (cals osseux remplaçant des cartilages), votre cage thoracique sera moins maléable, c'est à dire qu'elle se pliera moins, et que quand vous appuierez sur vos côtes, elles se déformeront moins élastiquement et que donc elle gardera plus sa forme et son maintien. On peut donc dire dans ce cas que les cages thoraciques opérées sont plus "solides", dans le sens "dures". Mais s'il s'agit d'un choc rapide et intense, on tombera alors plus vite dans le seuil de déformation cassante et donc notre chêne s'abattera là où le roseau aurait fléchi. Dans ce cas, c'est plus fragile.

Voilà, j'ai fini d'étaler ma science :mrgreen: :mrgreen:. Je souhaitais juste que ne soit plus sans cesse faite cette confusion sur la notion de solidité de la cage thoracique après opération. Je suis désolée si vous avez trouvé mon explication trop "pédante"... :oops:
Kabu :wink: :wink: :wink:
Kabu
Chaussette globe trotteuse
 
Message(s) : 949
Âge : 38
Inscription : Mardi 15/11/2005 0:47:06
Présentation / Photos

Message par nico79 le Jeudi 20/12/2007 17:44:15

Pas pédante du tout pour ma part, très instructive plutôt ;)
Quand on y réfléchis on se dit "oui ça tombe sous le sens" (on a tous joué avec des brindilles qu'on arrive à tordre jusqu'à un certain point) mais faut-il encore y réfléchir.

En fait, si je ne dis pas de bêtises, la résistance de la cage thoracique à une pression sera meilleure en fonction de la souplesse des cartilages qui relient les côtes au sternum. S'ils sont souples (roseau) ils vont se déformer de façon élastique et reprendre leur place d'origine. En revanche, s'ils sont plus durs, voire ossifiés (chêne), pour une même pression ils vont plus facilement casser.
(Je parle d'une pression exercée progressivement, plutôt que d'un choc violent qui, quelle que soit la souplesse, provoquera de toute façon une cassure)

Donc (et corrigez moi si je me trompe), la méthode d'opération qui préserve le plus la souplesse (ou l'élasticité) des cartilages, permettra à la cage thoracique d'absorber plus de chocs q'une cage thoracique plus "rigide" (roseau vs chêne).
nico79
Soubrette écossaise
Avatar de l’utilisateur
 
Message(s) : 1521
Âge : 35
Inscription : Mardi 19/04/2005 22:12:25
Localisation : Niort (79)
Présentation / Photos

Bonsoir Tristan.

Message par orlando le Vendredi 21/12/2007 23:51:32

Pour les opérés de Lille, il faut employer un défibrillateur. Eviter absolument un massage cardiaque

Quant aux explications de Kabu,je dis tout simplement bravo ! Tu seras un excellent professeur !
orlando
Maître(sse) pectusien(ne)
 
Message(s) : 1356
Âge : 68
Inscription : Mardi 27/06/2006 8:19:44
Localisation : sud-ouest
Présentation / Photos

Message par momore le Samedi 25/04/2009 12:24:27

Echange à propos du re-placement / re-positionnement des pectoraux :

Je voudrais savoir si à Lille ils replacent aussi les pectoraux ? Après l'opération de Lille y a-t-il un souci pour muscler l'intérieur des pectoraux ?

Gazelle : D'après ce que j'en sais, et si ça n'a pas changé, les pectoraux ne sont pas repositionnés étant donné la petite taille de la cicatrice. Il faudrait ouvrir plus pour réaliser cette manipulation mais le but est de laisser un cicatrice la plus petite possible.
C'est à Strasbourg que cette manipulation peut être pratiquée.
Pour mon exemple, j'avais les pectoraux collés sur les côtés des seins et maintenant ils sont insérés au bon endroit vers le centre du sternum.

elevation9 : Les pectoraux s'insèrent normalement sur la clavicule, tout le sternum et les cartilages costaux ainsi que sur la gaine aponévrotique des abdos.
Dans l'opération de Strasbourg je crois qu'il les médialise cad qu'ils sont remis au centre quasi exclusivement pour combler encore plus le creux.
Tu n'aura jamais de probleme pour muscler l'interieur. Simplement tes côtes plongent tellement que ton muscle suit, du coup même si tu es musclé ca ne se voit pas mais ca peut se sentir.

Dark Végéto : Les Pectusiens ne sont pas une référence niveau musculature, car le sternum est tellement enfoncé, que les muscles sont plus écartés que sur un gars normal, suffit de regardé les gros baraque sans PE, les muscle se touchent et laisse seulement un petit espace tout en bas ?
Alors que chez un pectusien, t'as beau te muscler tant que tu veux, jamais il seront bien sérrés. Pour preuve il suffit de regardé, plus le PE est enfoncé et plus l'écart est creusé.
De plus on est un peu atrophié à ce niveau la je pense, car quand je vois le peu que je prenais avec tout ce que je faisais.
momore
Pectusien(ne) néophyte
 
Message(s) : 25
Inscription : Mercredi 21/05/2008 19:00:01
Présentation

LE PROFESSEUR WURTZ RESTE CONSULTANT ä LILLE :

Message par orlando le Lundi 04/01/2010 13:35:18

CONTRAIREMENT à ce qui a été écrit sur le forum , le Professeur Wurtz continue son activité de Consultant à Lille . Il ne reçoit plus les nouveaux patients mais continue de recevoir les anciens qui le désirent et souhaitent une éventuelle retouche . Un autre chirurgien perpétue la méthode du Pr Wurtz. Le Dr Conti s'installe à Québec où il va développer la méthode dite ravitch allégé du Pr Wurtz.
orlando
Maître(sse) pectusien(ne)
 
Message(s) : 1356
Âge : 68
Inscription : Mardi 27/06/2006 8:19:44
Localisation : sud-ouest
Présentation / Photos

STATISTIQUES PARTIELLES CONCERNANT LA METHODE DE LILLE :

Message par orlando le Jeudi 29/09/2011 22:51:04

Sachez qu'à partir du premier Septembre 2011 , le Pr Wurtz cesse toutes ses activités . Il va devenir Professeur Emérite et conservera un bureau et un mail à l'hôpital mais il ne consultera plus ou alors de manière informelle.

Quelques chiffres :

De Mai 2001 à Février 2010, 220 patients ont été opérés. 185 hommes et 35 femmes répartis de la façon suivante .
192 pectus excavatum (87% )
22 pectus carinatum ( 10% )
6 pectus arcuatum ( 3 % )
Evaluation à moyen terme portant sur 197 patients :
Excellents pour 147 patients (75%)
Satisfaisants pour 48 patients ( 24 % )
Moyens pour 2 patients ( 1 % )

ATTENTION : LES STATISTIQUES COMPLETES du traitement des déformations de la paroi thoracique antérieure par STERNOCHONDROPLASTIE SIMPLIFIEE NE SERONT CONNUES QUE PLUS TARD .

Ces statistiques partielles sont un résumé de la communication au Congrès de la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire de juin 2010. Ce document est maintenant du domaine public .

Edit du 9 juillet 2012 :

Traitement des déformations de la paroi thoracique antérieure par sternochondroplastie/ Mémoire original accepté le 28 novembre 2011

D'octobre 2001 à septembre 2009, 205 adultes (171 hommes et 34 femmes) ont été opérés de pectus excavatum (181), pectus carinatum (19) et pectus arcuatum (5).
L'intervention est peu invasive, la morbidité faible. Il n'y a pas de mortalité.
Les résultats esthétiques sont excellents (72,5%), bons (25%) et moyens(2,5%).
Les patients ont été revus avec un recul minimum de deux ans. Des gestes complémentaires de chirurgie plastique ont été nécessaires chez 19 d'entre eux : reprise de cicatrice (9), associée trois fois à une retouche cartilagineuse ; lipofilling d'un creux résiduel (5), correction d'une hypoplasie mammaire bilatérale (3) ou unilatérale (2) par implant et mammoplastie de réduction (1).[/b]

L'histoire naturelle du pectus excavatum étudiée par Humphrey et Jaretski permet d'en appréhender au mieux les modalités de prise en charge. Ces auteurs ont observé une amélioration ou une disparition du pectus excavatum dans 66% des cas au cours de la première année de vie, puis une amélioration dans 40% des cas entre un et treize ans. Au-delà, il était stable (69%) ou s'aggravait (31%). En conséquence, nous suggérons un traitement orthopédique chez l'enfant avant ou proche la puberté, très efficace du fait de la plasticité du thorax. Moins efficace après la puberté, nous utilisons en solution d'attente une prise en charge orthopédique par cloche à dépression ou « Vacuum Bell ». Nous l'avons fait pour 7 patients atteints de pectus excavatum. Ce n'est qu'à la fin de la croissance, si nécessaire, que l'opération de sternochondroplastie est proposée. En effet, une résection trop précoce des cartilages costaux est susceptible d'engendrer des troubles sévères de développement de la cage thoracique. Nous n'intervenons chirurgicalement que pour des cas de pectus excavatum dont la profondeur de la cuvette dépasse 25 mm. De ce fait, notre technique de sternochondroplastie n'est possible que pour les adultes.

Notre technique de sternochondroplastie réservée à l'adulte procure des résultats esthétiques satisfaisants au prix d'une faible morbidité et sans mortalité. Elle corrige les désordres anatomiques et fonctionnels cardiocirculatoires associés au pectus excavatum. Il en résulte une meilleure tolérance à l'effort et une diminution significative du nombre de décès directement ou indirectement imputables à l'absence de correction pariétale. Le chiffre de ces décès s'élève à 11,5%. Notre technique peu invasive est caractérisée par une cicatrice courte et l'abandon de certains gestes : ablation du processus xyphoïde, dissection srétrosternales extensives, ostéotomies sternales multiples et drainage pleural. De plus, l'intérêt de la dissection sous-périchondrale des cartilages est d'être pratiquement exsangue, autorisant une intervention synchrone sous circulation extracorporelle, sans risque hémorragique (traitement simultané du syndrome de Marfan). Notre intervention est peu algique, autorisant une sortie rapide (un peu plus de 4 jours en moyenne). Enfin l'ablation de l'attelle se fait sous anesthésie locale par une minuscule incision. Il nous semble que notre tecnique devrait accroître la prise en charge effective des malformations de la cage thoracique, actuellement faible au regard de leur prévalence.

Ce résumé est une synthèse du Mémoire original signé par A. Wurtz, N. Rousse, L. Benhamed, L. Hysi, M. Conti, C. Pinçon, R. Nevière.
orlando
Maître(sse) pectusien(ne)
 
Message(s) : 1356
Âge : 68
Inscription : Mardi 27/06/2006 8:19:44
Localisation : sud-ouest
Présentation / Photos

Retour vers Les Pectus

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron